Magazine

Jardin > Plantations > C comme… compost Jean Pain

C comme… compost Jean Pain

Dans le panthéon des jardiniers bio initiés, Jean Pain est une légende. Il y a quarante ans de cela, il mettait au point une technique de compostage permettant des cultures sans arrosage ni engrais. Difficile à mettre en œuvre, sa méthode n'en est pas moins totalement bluffante.


Une recette complexe

Jean Pain, qui n’était pas un paresseux, immergeait dans l’eau 24 heures durant, des déchets végétaux fraîchement broyés, puis les mettait en tas fortement compressés afin d’initier une décomposition sans oxygène. Au bout de trois semaines, il défaisait le tas puis le remontait cette fois-ci sans tassage, pour que la fin de la maturation soit oxygénée.


Des résultats incroyables

Après 3 mois il épandait son compost saturé en eau sur 7 cm d’épaisseur à la surface du sol, sans toutefois l’y incorporer. Il le recouvrait ensuite d’un épais paillage aéré type paille ou aiguilles de pin qui préservait l’humidité grâce à un processus naturel de condensation. Il plantait ensuite ses légumes directement dans le sol, à travers le paillis et le compost. Jean Pain obtenait ainsi, sous le soleil écrasant de l’arrière-pays varois, des récoltes phénoménales sans aucun arrosage.


Un sacerdoce jardinier

Outre la mort prématurée de leur auteur, c’est sans doute la complexité de leur mise en œuvre qui a plongé les travaux de Jean Pain dans l’oubli. Car pour obtenir des résultats satisfaisants, le premier tas de compost compressé doit mesurer au moins 4 m3, soit l’équivalent de 8 m3 de broyat non tassés ! Ceci laisse imaginer la somme de travail à fournir entre le trempage, la mise en tas successif, l’épandage et la pose du paillis. D’autant plus que l’opération est à renouveler chaque année.


Des portées autarciques

Avec la forte chaleur dégagée par son énorme tas de compost, Jean Pain fournissait l’eau chaude de sa maison (eau courante et chauffage). Il récupérait aussi le méthane émit lors de la maturation anaérobie (sans oxygène) pour produire son gaz de cuisine et faire rouler sa 2 CV. Rien que ça !


Benoit Charbonneau

Noter cet article : 0,0/5 (0 votes)
veuillez patienter

A Lire aussi


181 Articles magazine - Page 1/37

Actualités

18/09/2015 50 nuances de bambou

50 nuances de bambou Pour explorer les possibilités offertes par les bambous, Paul Whittaker, pépiniériste paysagiste nord-américain, a réuni les 50 variétés qui lui ont semblé les plus intéressantes pour le jardinier. Petit, moyen, grand ou nain, chacun est identifié par une photo et défini par ses caractéristiques dans un ouvrage de référence qui vous sortira des sentiers battus de la bambouseraie classique. Les conseils de culture et les idées d’aménagements vous feront assurément tirer le meilleur parti de cette étonnante graminée.
Bambou, les 50 meilleurs, au jardin et en pot - P. Whittaker – 167 pages - Éditions Ulmer – editions-ulmer.fr – 01 48 05 03 03 – 20,20 €
editions-ulmer.fr

09/05/2015 Le Truffaut du jardin écolo

Le Truffaut du jardin écolo Bible ancestrale du jardinier, le « Truffaut » se décline depuis quelque temps en version écologique. Rempli d’articles très aboutis et richement illustrés, c’est un guide pratique foisonnant et passionnant, à destination de ceux qui veulent comprendre le pourquoi et le comment des nouvelles approches du jardinage. Fonctionnement des plantes, techniques, principes, conseils… Toutes les informations distillées sont d’un précieux enseignement, pour les novices comme pour les amateurs chevronnés. Cette nouvelle édition est à mettre entre toutes les mains… vertes.

Le Truffaut du jardin écologique, éditions Larousse - 287 pages – editions-larousse.fr – 01 44 39 44 00 – 24,90 €
Benoit Charbonneau

05/11/2014 C’est l’automne : ail, ail, ail !

C’est l’automne : ail, ail, ail ! L’ail violet, comme l’ail blanc, se plante en automne et en hiver, mais étant un peu plus précoce, il permet des récoltes anticipées. En revanche, l’un et l’autre ne sont pas destinés à la longue conservation. Pour ce faire, préférez l’ail rose, à planter en fin d’hiver. Cette variété « Germidour » certifiée, possède un très bon rendement et un goût prononcé.
Ail « Germidour » certifié – En sachets de 250 g– La bonne graine - Tel : 02 41 51 79 93 – 6 €
labonnegraine.com

18/09/2014 Elles sont là ! Les envahisseuses...

Elles sont là ! Les envahisseuses... Ambroisie, bambou, chiendent, liseron… Gilles Clément et Brigitte Lapouge nous invitent à mieux connaître ces plantes. Pour chacune, ils indiquent les informations botaniques, son histoire, ses qualités, les problèmes qu'elle pose (ou les faux problèmes !) et les solutions écologiques pour la limiter ou l'éviter au jardin.
Plantes envahissantes, pionnières ou simplement expansives ? – éditions Terres Vivante – 04 76 34 80 80 – 25 €

terrevivante.org

02/02/2014 Le camélia

Le camélia Originaire d'Asie, le camélia est un arbuste qui fleurit en hiver. Il existe 82 espèces : Camellia japonica est la plus couramment vendue, les plus résistantes au froid sont Audusson, Gloire de Nantes et Nobilissima. Cinnamon Cindy et Sugar Dream sont les plus parfumées.
Plantez à l’automne, à l'abri et à la mi-ombre. Creusez un trou et comblez avec un mélange de terre de bruyère et un quart de terre de jardin. Installez un feutre de jardin et arrosez avec de l'eau de pluie de préférence. Au printemps, ajoutez de l'engrais. Associez le camélia aux azalées japonaises, rhododendrons nains et bruyères ou isolez-le au milieu d'une pelouse : effet garanti !
Très rustique, le camélia constitue l'emblème des samouraïs au Japon. Dans le langage des fleurs, le camélia est synonyme d'estime, d'admiration et de constance.

    Accueil - Programme TV - People TV
Sortir au cinéma - Sortir au restaurant - Agenda
Infos vie pratique - Infos multimédia - Infos voyages - Infos intérieur - Infos autos motos
Annonces autos - Annonces motos - Annonces immos - Annonces bonnes affaires - Annonces emplois
Communiquer dans Urban TV - Créer votre Urban TV
Courrier des lecteurs - Enquête de satisfaction
Site partenaires :
Amenothes Conception